blog.tdg.ch

Eric Leyvraz, député UDC, ancien président du Grand Conseil Genevois,

Voici mon adresse électronique : eric.leyvraz@gc.ge.ch n'hésitez pas à m'écrire !

Mon nom est Eric Leyvraz, 63 ans, marié, père de 4 enfants, 3 adultes et un fils de 15 ans qui est au cycle. J’ai également troi adorables petites filles.

Je suis vigneron-encaveur et un pionnier de la viticulture biologique. Il faut dire que je suis tombé dans le pressoir tout petit, mon grand-père maternel, Albert Desbaillet, une figure de la viticulture, m’ayant apporté le virus vinicole de cette antique famille dont les racines sont mêlées à celles de la vigne.

Ma formation : maturité latine au Collège Calvin; ingénieur agronome de l’Ecole polytechnique Fédérale de Zürich; proficiency d’anglais à Londres. Je suis donc à l’aise en allemand ( indispensable pour la politique au niveau national), à l’aise en anglais, en italien et en espagnol.

Je souris toujours quand on me dit que l’UDC est un parti raciste, avec ma femme sud-américaine, mon oncle anglais, ma cousine italienne, un beau frère autrichien, un beau-fils congolais, ,j’ai même un beau-frère d’Uri…
Les Suisses sont les gens les plus ouverts du monde, ils ne demandent que le respect de leur mode de vie et de leurs institutions.
Etre député  au Grand Conseil m’a permis de me mettre rapidement au courant des affaires parlementaires et de me familiariser avec le travail des Commissions.

Je prends le mandat qui m’a été confié par les électeurs avec le plus grand sérieux et travaille avec assiduité. Je fais partie des Commissions suivantes :  mardi les affaires communales et (inter)cantonale; jeudi l’agriculture et l’environnement; vendredi l’énergie. C’est beaucoup de labeur, mais j’ai la chance d’avoir de bonnes capacités de concentration et de rapidité, avec un esprit de concision .

Je retiens deux axes imbriqués qui vont demander du courage politique : agriculture-environnement-énergie et la souveraineté nationale.
Pour l’environnement se posent les problèmes de pollution, d’équilibre entre développement, consommation d’énergie et préservation du territoire : c’est de notre cadre de vie qu’il s’agit, de la qualité de notre existence et de celle de nos enfants, de notre nourriture avec une agriculture de proximité respectueuse de la nature. Mon expérience de producteur bio pragmatique peu vraiment apporter un plus à notre parti !

Deuxièmement, le droit fondamental des peuples à disposer d’eux-mêmes conforte ma volonté de défendre l’indépendance et la neutralité du Pays : elles sont les garantes du rôle exceptionnel que joue celui-ci dans le concert des nations, un rôle au service de la paix et des bons offices, sans commune mesure avec sa petite taille. La Suisse peut devenir le lieu de toutes les rencontres entre peuples en difficulté, le dernier recours avec l’assurance des meilleures conditions de tranquillité et de neutralité pour désamorcer les sources d’un conflit. Quel challenge exaltant pour la nouvelle génération ! Et l’on dit que vouloir rester indépendant, c’est vieillot, c’est jouer le hérisson en boule devant la voiture qui va l’écraser ?
La vérité est bien simple : on envie notre réussite et tout sera fait pour nous noyer dans l’anonymat de l’Union Européenne avec ses 500 millions d’habitants. 
 

 

Voir mon site www.eric-leyvraz.ch

Interêts

Famille, musique (opéra), voyages, lecture( histoire, sciences, romans, poésie)