mercredi, 19 septembre 2007

Cher Maire de Genève

Cher Maire de Genève,Voilà bien dite votre détestation d'un parti démocratiquement élu et en plus le premier de Suisse: l'UDC pue.Les Genevois sont fiers de votre retenue de premier magistrat, au- dessus de la mêlée, et du respect que vous apportez à  tous les citoyens, même ceux, oh! les outrecuidants ,qui ne sont pas d'accord avec vous.Pauvre cité, frappée une fois encore par le syndrome du roitelet, avec quelle classe internationale vous la représentez!Vos paroles sont dans le fond un aveu de faiblesse , le mépris et l'impolitesse des armes à double tranchant: la réponse sera donnée le 21 octobre.Tout cela devient dérisoire et digne d'une petite scène de province, bien sûr avec vous on ne peut s'attendre au Grand Théâtre... Après ces relents de campagne...électorale, je vous envoie,Monsieur le Maire, une brassée de douces senteurs des vendanges,

Eric Leyvraz, vigneron ,député UDC,et son parfum Farenheit qui ne le lâche jamais.

 

vendredi, 14 septembre 2007

le Courrier

Je remercie mon ami Soli Pardo de parler dans son blog du journal le Courrier, en difficulté, dont les positions politiques sont souvent à des années lumières de ma vision des choses, mais cependant, dans un environnement journalistique qui me fait prendre la presse pour un voilier (qui gonfle ses voiles avec ...du vent),il apporte un autre regard ,et de qualité,sur bien des points intéressants d'une actualité souvent délaissée par d'autres, par exemple son article sur la guerre de l'énergie propre et ses conséquences humaines au Brésil était remarquable.La presse a besoin d'une palette de journaux de pensées différentes, mais qui ne prennent pas leurs lecteurs pour des demeurés.Alors cher Courrier, opposé souvent violemment à mon parti, je vous souhaite longue vie.

jeudi, 13 septembre 2007

Chers collègues vignerons

Chers(ères) collègues vignerons(nes), nous voici aux portes des vendanges.Après un incroyable mois d'avril ,le plus chaud de mémoire de thermomètre, nous avons passé un été difficile.Début septembre,les vignes étaient magnifiques quand même,grâce à un labeur acharné démontrant le grand professionnalisme des paysans genevois et leurs qualités suisses : amour du travail bien fait, , ténacité, capacité d'adaptation.En tant que président de l'interprofession, je suis fier de notre vignoble,car j'en ai vu cette année qui n'étaient  pas aussi beaux! Pour obtenir une qualité exceptionnelle des raisins, il nous manquait 10 jours de soleil, la nature enfin généreuse nous les donne, quelle joie et quel soulagement! Difficile métier ,qui ne peut maîtriser le facteur principal  de sa production : le temps qu'il fait.Alors sous le paysan, le philosophe...

Joyeuses vendanges,qu'arrive enfin la période magique des premières fermentations!