dimanche, 25 janvier 2009

Séquestration de CO2:une nouvelle voie

leyvraz1a.jpg

  L’activité humaine rejette dans l’air des milliards de tonnes de CO2 chaque année, plus que la Terre ne peut en absorber, en résulte une augmentation constante de ce gaz à effet de serre dans l’atmosphère.

La fabrication du ciment est un des facteurs  importants de ce dégagement mondial, environ 5% ; en gros une tonne de CO2 par tonne de ciment.

Une entreprise pilote américaine teste le procédé suivant :elle envoie dans la mer les émissions chargées de CO2 d’une usine produisant de l’électricité à partir de gaz.

Le CO2 précipite avec le calcium ou le magnésium de l’eau de mer , et la boue de carbonate ainsi créée (à température et pression normale, comme le font des organismes marins ), va être séchée par la récupération de chaleur des cheminées de l’usine. Le ciment qui en ressort  semble comparable à un ciment portland, pour un prix équivalent.

L’eau de mer ainsi dessalée ne présente aucun danger pour l’environnement.

Ce procédé inverse complètement la problématique du ciment, puisque pour chaque tonne  produite , on séquestre 500 kg de CO2.

Dans nos contrées, le bâtiment , par sa construction et son utilisation( chauffage ,électricité, etc..) utilise 45% des énergies. Avec un ciment favorable à l’environnement,  on pourrait en utiliser plus , construire avec des murs plus épais,  plus isolants, donc induire  moins de dépenses d’énergie pour le chauffage et la climatisation…

La première usine importante devrait entrer en fonction l’année prochaine, et à voir les sommes investies dans ces recherches, de l’ordre de 500 millions de dollars, on peut vraiment croire au sérieux de ce développement.

Incroyable mais peut-être bientôt vrai : un ciment label vert !

O2.doc

 

14:31 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.