dimanche, 25 janvier 2009

Genève et Calvin, on joue les pingres?

leyvraz1a.jpg

Par un heureux hasard, nous allons fêter le 500ème anniversaire de la naissance de Calvin et le 450ème du Collège et de l’Académie.

Genève est connue dans le monde entier comme la cité de Calvin.

Rarement un homme aura tant marqué les esprits de son époque, et ses disciples se sont installés partout, des Provinces -Unies à l’Ecosse, du Nouveau Monde à la Corée.

Il est devenu un personnage , que l’on soit religieux ou non, incontournable de l’Histoire  et de son entrée dans la modernité :instruction publique pour toutes et tous, développement des élites, puis de   l’économie avec la reconnaissance du bien- fondé du prêt à intérêt pour celui qui crée des richesses ; les graines sont semées qui feront l’homme d’aujourd’hui.

 Notre cité devient une capitale intellectuelle qui transforme la mentalité et la manière de concevoir  de l’époque.

Il reste certes des zones d’ombre, mais qui se rattachent à la dureté de cette période, à la précarité de la vie, à l’impuissance face à la maladie et la mort : en 1550, 30% des enfants meurent dans leur première année, 50% n’atteignent pas les 20 ans…  

Ces anniversaires représentent un grand enjeu pour le renom de la Genève internationale, la fête doit être belle, les moyens adéquats .Des milliers de touristes du monde entier sont attendus, nous ne nous rendons plus compte de l’impact énorme du nom de Calvin et j’ai été le premier surpris le jour où j’ai croisé tout un groupe de Coréens qui venaient là uniquement par ce que c’était la cité du réformateur.

Nous avons donc le devoir de ne pas décevoir les Genevois et nos hôtes. Le Gouvernement a alloué une somme de 500.000 F aux organisateurs des manifestations, mais les estimations démontrent déjà qu’il va manquer le même montant pour boucler les comptes.

Plusieurs députés se sont inquiétés de la qualité des spectacles et du coût des évènements,   la faiblesse des budgets est patente.

En période de crise, face aux difficultés de l’industrie du tourisme, dont la bonne santé rejaillit toujours sur le reste de la population, il faut impérativement lancer la demande d’un crédit supplémentaire :les organisateurs doivent organiser  et non pas perdre leur temps à courir pour obtenir plus d’argent. Et puis, soyons terre-à-terre, avec une bonne promotion nous pouvons attirer quelques milliers de voyageurs en plus qui  rembourseront très largement un crédit  de 500.000 F ,somme unique qui représente à peine 1/15000ème du budget de l’Etat.

Celui-ci, quand il s’agit de football, ne pleure pas les millions…

c

20:35 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Séquestration de CO2:une nouvelle voie

leyvraz1a.jpg

  L’activité humaine rejette dans l’air des milliards de tonnes de CO2 chaque année, plus que la Terre ne peut en absorber, en résulte une augmentation constante de ce gaz à effet de serre dans l’atmosphère.

La fabrication du ciment est un des facteurs  importants de ce dégagement mondial, environ 5% ; en gros une tonne de CO2 par tonne de ciment.

Une entreprise pilote américaine teste le procédé suivant :elle envoie dans la mer les émissions chargées de CO2 d’une usine produisant de l’électricité à partir de gaz.

Le CO2 précipite avec le calcium ou le magnésium de l’eau de mer , et la boue de carbonate ainsi créée (à température et pression normale, comme le font des organismes marins ), va être séchée par la récupération de chaleur des cheminées de l’usine. Le ciment qui en ressort  semble comparable à un ciment portland, pour un prix équivalent.

L’eau de mer ainsi dessalée ne présente aucun danger pour l’environnement.

Ce procédé inverse complètement la problématique du ciment, puisque pour chaque tonne  produite , on séquestre 500 kg de CO2.

Dans nos contrées, le bâtiment , par sa construction et son utilisation( chauffage ,électricité, etc..) utilise 45% des énergies. Avec un ciment favorable à l’environnement,  on pourrait en utiliser plus , construire avec des murs plus épais,  plus isolants, donc induire  moins de dépenses d’énergie pour le chauffage et la climatisation…

La première usine importante devrait entrer en fonction l’année prochaine, et à voir les sommes investies dans ces recherches, de l’ordre de 500 millions de dollars, on peut vraiment croire au sérieux de ce développement.

Incroyable mais peut-être bientôt vrai : un ciment label vert !

O2.doc

 

14:31 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |