dimanche, 07 août 2011

Franc suisse

1418398933.4.jpg

La situation économique pour les entreprises devient inquiétante. C'est un peu pénible de constater que notre société suisse paie le prix de sa vertu ! Sagesse ( relative) des dépenses publiques, dette dans des limites très sages, pas de déficit de l'Etat central, bref le rêve pour  la majorité des pays de la zone euro.

Les prévisions sont noires pour le proche futur ( chômage en hausse, délocalisation en vue ).Qu'avons- nous comme marge de manoeuvre? Plus grand chose. Il reste la solution qui doit être sérieusement envisagée quand les deux monnaies de nos principaux clients ( env 75% de notre commerce extérieur) s'effondrent. C'est ce que nous avons fait en 1936 : une dévaluation de notre monnaie. Nous vivions fort bien avec un Euro à 1,40, il faut retrouver ces niveaux, montrer que les autorités ne sont pas prêtes à jouer le franc seulement comme une monnaie refuge, et ça découragerait les spéculateurs.N'étant qu'un modeste acteur de notre économie, j'attends les commentaires de nos spécialistes financiers, bien à la peine ces temps !

Commentaires

Bizarre en effet,
ce même commentaire pouvant venir d'1 employé viré pour avoir été vertueux.
viré sur blâme de son employeur
pour aide à employé victime de harcèlement & mobbing de collègues
avant suicide.
l'employeur employant par ailleurs des chinois au noir ou des frontaliers pas encore déclarés ni formés ni fonctionnels
Ce qui se passait au niveau informatique,
dans une banque privée internationale, de la place

On s'interroge seulement sur la réalité de vos intentions, sur votre réelle volonté,
monsieur.

Écrit par : graphycs | dimanche, 07 août 2011

Sauf erreur de ma part, en 1936 la Suisse a dévalué son franc en concertation avec la France qui a également dévalué son propre franc en même temps. Comme tout le monde le sait, la France a renoncé à son franc et a adopté l'euro le 1er janvier 2002 déjà.

Alors que les économies de pratiquement tous les pays du monde sont en pleins bouleversements, quelqu'un est-il capable de certifier qu'une dévaluation du franc suisse serait une bonne chose pour l'ensemble du peuple suisse ?

Il me semble qu'à trop vouloir jouer avec le feu, on risque de se brûler les doigts.

En outre, quelles pourraient être les conséquence sur le pouvoir d'achat du citoyen lambda en Suisse ? La Suisse ne pourrait-elle pas être confrontée à une inflation galopante dans la mesure où une grande partie des biens consommés en Suisse proviennent de l'étranger ?

Frédéric Vahlé

Écrit par : Phénix le retour | lundi, 08 août 2011

Monsieur Leyvraz, les temps ont changé depuis 1936. Ce ne sont plus les Etats qui fixent le taux de change de leur monnaie.

Quant au procédé que vous préconisez, il est financièrement à l'envers du bon sens et à contre-courant de la réalité. Un peu comme si un vigneron sur-chaptalisait un vin comportant déjà une teneur trop élevée en sucre...

Écrit par : Andres Gomez | lundi, 08 août 2011

Les commentaires sont fermés.