mardi, 18 juin 2013

Une claque pour le Conseil d'Etat

image.jpg

Courant toujours après les sous, le CE avait imaginé il a deux ans de puiser encore dans la caisse des Services industriels de Genève, les SIG.

 Il s'était déjà largement servi de cette entreprise qui appartient à 55/100 à l'Etat , en lui vendant des actifs à prix surfaits, 300 millions pour l'usine des Cheneviers qui ne vaut plus un clou!Facile  ainsi  de remettre ses comptes dans le noir.Un chef d'entreprise qui gonfle le prix de vente d'un actif à une société dont il a la majorité pour renflouer sa caisse finira en tôle. Pas l'Etat.

Fort de son impunité, il poursuit ses manoeuvres dignes du grand banditisme et décide unilatéralement de ponctionner 120 millions de plus en 3 ans  à ces pauvres SIG sans en réferrer aux autres propriétaires, la Ville 30/100 et les autres communes15/100, on croît rêver.

Cette fois-ci les communes se rebiffent par l'intermédiaire du Conseiller administratif Maudet, et le TF vient de débouter le CE et le GC , car ce projet de loi du CE avait passé devant le législatif. Amusant de constater que Maudet est maintenant de l'autre côté de la barrière et représente le CE au Conseil d'administration des SIG...

En plénière, je m'étais battu en vain avec vigueur contre cette véritable arnaque du CE, un vol pur et simple dans la caisse des SIG.Cela suffit et les SIG ne sont pas corvéables à merci.Comment voulez-vous qu'une entreprise qui remplit des missions essentielles pour la collectivité(fourniture d'eau, gaz , électricité) puisse assurer son service et ses investissements si elle tremble de voir une partie de ses liquidités subtilisées par l'Etat?. Nos Conseillers, toujours prompts à donner des leçons , se conduisent comme des dirigeants d'anciennes républiques soviétiques. Le TF vient de les désavouer sans fioritures. J'espère que la leçon portera et qu'on arrêtera de considérer les SIG comme une vache à lait. En fin de compte ,c'est le citoyen qui paie et ces ponctions sont un impôt déguisé.

Vivement un nouveau Conseil d'Etat avec un peu d'éthique,ce qui permettra de définir sur 10 ans un objectif clair pour les SIG, un cadre dans lequel cette belle entreprise pourra se mouvoir sans crainte d'être spoliée et assumera ses tâches vitales pour la communauté

Les commentaires sont fermés.