mercredi, 11 novembre 2015

Dette de l'Etat du canton de Genève

image.jpeg

Un article de ce journal dit qu'il ne faut pas s'affoler devant la dette de l'Etat qui s'élève à 13 milliards..

Voilà  une  vue optimiste de la situation, pour plusieurs raisons.

L'Etat se targue d'être un des rares cantons à soumettre ses comptes aux normes IPSAS, normes internationales claires qui permettent des comparaisons. Or ces normes impliquent que toute dette avérée doit être inscrite au bilan. La dette de la caisse de pension de l'Etat, la CPEG, de 5,2 milliards, sera remboursée en 40 ans par l'Etat, c'est donc une dette avérée, mais elle est inscrite non pas au bilan, mais en pied de bilan. C'est contraire aux règles, une excetion que s'accorde l'Etat.La dette vraie passe de 13 à 18,2 milliards.

Ce qui compte pour les agences de notation ce sont les comptes consolidés. Si une entreprise ou un état a des participations dans une entité ou une entreprise( SIG, TPG, etc...), la part du bénéfice de ces dernières lui revenant doit être inscrite dans ses gains, de même que les pertes. La dette consolidée de l'Etat est fin 2014 de 16,8 milliards, donc encore plus 3,8 milliards, soit un total de 22 milliards. Voilà comptablement la véritable et honnête situation de la dette.

Est-ce supportable? Oui , car cela représente environ 40% du PIB; rappelons que pour l'Europe le maximum, pas respecté par de nombreux pays!, est de 60%.

Est-ce acceptable? Non, car nous sommes, et de loin, le canton le plus endetté de Suisse. La dette par habitant est 6 fois plus élevée que la moyenne suisse. 

Alors la fonction publique peut se mettre en grève, la situation est entrain de changer de façon irréversible, l'économie est en difficulté, les nuages s'amoncèlent.      

Regardons la réalité en face: par tête d'habitant nous avons le plus grand nombre de fonctionnaires, les coûts les plus élevés.Les salaires moyens de la fonction publique sont largement plus élevés que dans les autres cantons. 

L'Etat a un problème structurel, c'est évident.

 

Commentaires

Excellente analyse qui fait clairement ressortir que l'Etat de Genève ignore volontairement les problèmes net se fiche de sa population. Comme en France où le peuple n'a qu'à s'aligner. A Genève d'ailleurs la France est partout. Il n'y a qu'à compter le nombre de fonctionnaires français dans les administrations genevoises. Alors il est normal que les coutumes françaises fleurissent (grèves, manifestations, travail bâclé, absentéisme).
En fait, Genève qui s'enfonce dans la France comme les racines d'un arbre dans le sol n'a plus de Suisse que le nom.

Écrit par : Lambert | mercredi, 11 novembre 2015

Cet Etat est obèse de sa fonction publique, enseignement & santé

- a le plus grand nombre de fonctionnaires/habitant, après Basel
- a augmenté de +8% le nombre de poste ces 4 dernières années
- a gaspillé ses recettes de ces 10 dernières années, quand VD a réduit sa dette de 7 à 1 mia
- reste incapable de gestion, centralise puis sous-traite tout, et s'achète l'électorat à coup d'assoces entretenues à prix d'or,


des lustres que cet Etat ne sait que fonctionner à la française,
à l'électorat coupable de ses ré-élections, responsable d'élire des gens indignes du patrimoine hérité, pillé au profit de leurs affaires, copinages, égos & intérêts de voisinages


http://www.badac.ch/docs/publications/2014/Le%20Temps%2007-03-2014.pdf
http://www.letemps.ch/suisse/2014/06/11/miracle-vaudois-lieu-geneve

Écrit par : suisse & genevois déshérité | mercredi, 11 novembre 2015

"Les salaires moyens de la fonction publique sont largement plus élevés que dans les autres cantons."

Avec le prélèvement d'un mois et demi de travail pour les impôts, sans compter les autres prélèvements.....!

Écrit par : Patoucha | mercredi, 11 novembre 2015

Supportable de payer plus d'un million d'intérêts par jour ?
Peut-être, mais pas pour longtemps car lorsque les taux remonteront, et ils ne pourront que remonter, l'Etat sera en faillite.

Écrit par : PIerre Jenni | jeudi, 12 novembre 2015

Vous avez raison M. le député, nous payons aujourd'hui les incompétences des députés de ces dernières années, dont vous faites partie.

Écrit par : Davide | jeudi, 12 novembre 2015

Cher Davide, sur ce point je me sens à l'aise , Regardez toutes mes interventions depuis 2005 et vous verrez que je n'ai fait que demander des économies à l'Etat et j'ai refusé régulièrement le budget trop élevé.A la Commission de finances depuis 8 ans, j'ai demandé des coupes dans chaque département en avertissant que plus nous attendrions, plus ce serait douloureux.Je n'ai pas été suivi, donc je suis certainement criticable sur bien des sujets, mais là vous tapez à côté. Merci de me lire et de votre commentaire et bonne soirée.

Écrit par : Leyvraz Eric | jeudi, 12 novembre 2015

Les commentaires sont fermés.