mercredi, 16 décembre 2015

La vérité sur les finances de l'Etat

​​

Genève, le 15 décembre 2015

Avertissement solennel à la population genevoise:
le Conseil d'Etat mène la République à la faillite!

Incapable de proposer un budget qui couvre au moins les investissements, le Conseil d'Etat, malgré nos mises en garde répétées, continue de creuser le trou de la dette abyssale du canton, et en plus il vous trompe sur son importance. Aujourd'hui elle se monte en réalité à près de 24 milliards: la dette consolidée de 16,8 milliards plus celle de la caisse de pension qui ne cesse d'augmenter et qui avoisine les 7 milliards.

L'Etat refuse de mettre ce montant, qu'il s'est engagé à payer, dans son bilan, ne respectant ainsi pas les normes comptables IPSAS. Les agences de notation elles ne s'y trompent pas, ajoutent bien cette somme et donnent à Genève la plus mauvaise note de tous les cantons pour la dette, soit 5/5 (meilleur résultat: 1/1).Ce qui fait une dette par habitant de 48.000 francs, 8 fois la moyenne nationale; merci pour nos enfants, car il faudra bien finir par rembourser, il n'y a pas de miracle!

La gestion des affaires publique tourne à la catastrophe. Pourquoi, à périmètre égal, les cantons de Bâle-Ville et Bâle-Campagne dépensent 1 milliard de moins par année pour leur fonctionnement?
L'UDC-Genève exige un budget avec un boni de 100 millions en 2016, 200 millions en 2017 et 300 millions en 2018, ce qui reste modeste et qui suffira juste à ne pas augmenter la dette. Sinon nous finirons comme dans les années 1930 où nous avons été mis pratiquement sous tutelle par Berne.

L'UDC ne cesse de contester les belles promesses du Conseil d'Etat qui refuse de voir la dure réalité en face et se persuade avec de fallacieux arguments qu'il va redresser la situation. Sans parler de la situation économique difficile et des baisses des rentrées fiscales en 2019 avec la nouvelle et obligatoire réforme de la taxation des entreprises! Un projet de budget inadéquat, conditionné à des économies mal ciblées non négociées avec le personnel, conduit l’UDC à penser que le Conseil d’Etat n’aura hélas pas le courage de prendre les décisions qui s’imposent.

Pour tous renseignements :
Eric Leyvraz, député, commissaire aux finances, 079 / 503 72 79
Patrick Lussi, député et chef de groupe, 076 / 364 17 27

image.jpeg